Avril 2022

Après avoir fait carrière dans le monde du luxe puis avoir tout perdu, Nathalie George partage dans un livre ses recettes, de cuisine et de vie, qui lui ont permis de vivre mieux avec moins.
La cuisine du 6ème étage- du piano au réchaud ! relate comment la dèche l’a forcée à aller à l’essentiel : vivre, manger, échanger et partager. Convaincue de l’importance de transmettre, N. George explique « On peut très bien manger pour pas cher, on peut faire simple tout en restant civilisé » et rend un vibrant hommage à sa grand-mère Gigi, une élégante et excellente cuisinière qui lui a transmis ses recettes et sa force de caractère.

photo1_la-cuisine-du-6eme-etage-livre-nathalie-george

 

Nathalie a connu l’ascension, la descente aux enfers puis la résilience, faite des recettes de l’expérience. Elle commence par la petite porte à travailler dans la mode : emballeuse, stockiste, vendeuse, puis caissière chez Dior. « Je me souviens avoir été frappée par la solitude et le malheur de clients qui pouvaient tout s’offrir et en avaient perdu le plaisir de désirer. » explique-t-elle. Puis elle continue à monter les marches professionnelles chez Christofle où elle devient designer. Elle se lance alors comme indépendante, monte sa propre société de luxe, travaille pour Lancel, Air France ou la Réunion des musées nationaux par exemple. Elle gagne beaucoup d’argent, et le dépense en vivant dans le luxe. Jusqu’aux coups de tonnerre fiscaux qu’elle n’avait pas, mal conseillée, anticipés. Elle continue à y croire, à travailler de plus belle, pour éponger ses dettes et payer ses avocats. Mais la situation ne s’arrange pas, le fisc s’acharne, les étalements traînent, les intérêts deviennent plus importants que la dette principale… Nathalie vend ses beaux objets, déménage plusieurs fois, toujours vers plus petit, elle vend la plupart de ses effets personnels et, en parallèle, elle vivote au point de vue professionnel, elle est fuie par ses clients d’antan.

En 2005, elle s’installe dans une chambre de bonne, au 6ème étage et doit se débrouiller avec 500 euros par mois. « Je débarque chaque matin en fin de marché pour acheter des invendus au rabais, discuter avec les commerçants, c’est le meilleur des antidépresseurs. Et puis j’organise ma journée autour de la préparation des repas. » Très vite, elle trace sa nouvelle voie. Elle propose des soupes maison à ses voisins, elle devient la vedette de son immeuble, celle « qui ne possède qu’un seul réchaud, posé par terre dans le corridor mais qui cuisine tellement bien » continue sa progression de « bonne table », au point que des personnalités en vue rêvent de la côtoyer et de partager sa table menue.

Les recettes de sa résilience ? « J’ai gardé quelques vêtements de couturiers que je mets comme des costumes pour affronter l’existence et le quotidien. Et puis, je suis accompagnée par des livres, de la musique et mon chat. Et, depuis ma lucarne, je contemple tous les jours la Tour Eiffel au loin. »

photo2_nathalie-george-du-piano-au-rechaud

 

La cuisine du 6ème étage- du piano au réchaud ! par Nathalie George, Herodios Editions; ISBN-10 ‏ : ‎ 2940666016

En découvrir plus sur la vie de Nathalie George ?  https://www.youtube.com/watch?v=hEAfk4Ysnc4

 

Nos publications